Une fédération au service de ses membres

Travailler plus pour gagner moins au féminin

Le 4 novembre avait lieu la Journée européenne de l’inégalité salariale, en d’autres termes, à partir du 4 novembre, les femmes en Europe travaillent gratuitement jusqu’à la fin de l’année. De plus, selon une étude de l’Institute for Women’s Policy Research, les femmes racisées travailleraient gratuitement depuis le mois de juin. Comment est-il possible de constater, encore aujourd’hui, de telles inégalités salariales ? On constate une surreprésentation des femmes dans des métiers à bas revenus comme les métiers du care ou encore une gestion des taches familiales trop souvent assumées par celles-ci. Les raisons sont multiples et elles ont été intensifiées depuis le début de la crise : 69 % des personnes ayant pris un congé parental étaient des femmes, pour seulement 31 % d’hommes, ce qui impacte évidemment les carrières. Néanmoins, tout un chacun peut avoir un rôle à jouer, et le CJC a toujours pris à cœur de s’y atteler. Nos membres travaillent, notamment, les questions de représentations stéréotypées conscientes et inconscientes de nos sociétés avec les jeunes. Le CJC reviendra sur leur travail et sur d’autres enjeux liés à la place des femmes dans nos société dans le prochain Phylactère.