Une fédération au service de ses membres

Les enjeux (malheureusement financiers) de l’Éducation

Dans le développement de partenariats avec les écoles, nous sommes inévitablement confrontés à la question des moyens dont disposent les établissements pour concrétiser leurs projets... Le budget est souvent serré et les aides financières les bienvenues. Alors quand, ce mardi 17 août, un e-mail de la Direction Générale de l’Enseignement Obligatoire nous informe « que l’appel à projet relatif aux formations d’élèves à la médiation scolaire ou à la délégation (Circulaire 3038 du 24/02/2010) a été annulé », nous ne pouvons que nous étonner ! Vous avez dit « annulé » ? Un courrier le 17 août et c’est le programme d’une année scolaire qui se trouve modifié faute de moyens qui, dans un premier temps, avaient pourtant été accordés.

Car « (...) suite à l’avis de l’Inspection des Finances et des disponibilités budgétaires découlant des travaux d’ajustement du Gouvernement, le budget pour cet appel à projet n’est plus octroyé... » En d’autres termes, il semblerait que les interventions prévues ne pourront pas avoir lieu. Autrement dit, les écoles qui auraient fait appel au monde associatif pour les soutenir dans leurs projets de délégation ou de médiation devront se débrouiller seules... Et cette situation me dérange.

Cela me dérange parce que, implicitement, nous acceptons que dans un système où l’éducation se veut gratuite, les choix éducatifs restent tributaires des contraintes financières imposées aux écoles. Dans cette annulation transparaît ainsi le choix politique de retirer aux écoles l’opportunité d’être soutenues dans la réalisation des missions d’éducation à la citoyenneté qui leur incombe. Or les nombreuses sollicitations exprimées par les écoles à la suite de cette circulaire démontrent très clairement la nécessité d’un soutien pédagogique dans ce domaine.

En mars derniers, nous nous étions réjouis de l’initiative portée par la Ministre de l’Enseignement Obligatoire d’accorder un soutien financier aux projets de la délégation dans les écoles. C’était pour nous un signal fort en faveur du renforcement de l’éducation à la citoyenneté. Devant l’annulation de ce soutien, nous regrettons le message symbolique qui nous est ainsi envoyé : ce projet n’est plus une priorité.

Pourtant tous les acteurs du secteur s’accordent à dire qu’il est indispensable d’investir dans l’Education : les écoles sont en manque d’espace de parole et de concertation, elles sont en manque d’écoute et d’apaisement. Pour beaucoup, l’école est en perte de sens. Et c’est maintenant qu’il importe d’y réfléchir !

Pour l’asbl JEC, il ne s’agit pas tant de travailler sur des outils que sur un climat : une ambiance au sein de l’école qui permettrait à chaque jeune de se sentir réellement impliqué dans son parcours et dans son éducation. Nous soutenons que ce climat de confiance (tant des professeurs que des élèves face à l’institution scolaire), se travaille et se forge dans le temps à travers une réelle culture de la participation dans l’école. Cette approche doit s’inscrire dans la durée pour en garantir les effets à long terme et les ancrer dans une conception renouvelée de l’école et de la société en général. L’éducation à la citoyenneté passe donc par un ensemble d’occasions offertes aux jeunes de participer concrètement aux décisions qui les concernent, de se sentir réellement responsabilisés dans leurs lieux de vie et en priorité dans l’école.

Priscilla De Radigues
p.deradigues@jeuneetcitoyen.be
et Stéphane Houbion
s.houbion@jeuneetcitoyen.be