STOP !

Ce samedi 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, 2000 personnes ont défilé dans les rues de Bruxelles pour dénoncer les différentes formes de violences dont les femmes sont victimes. Depuis plus de six semaines et l’éclatement de l’affaire Weinstein aux États-Unis, la parole féminine s’est libérée et les dénonciations de tous types de violences ne semblent pas prêtes de s’arrêter. En Europe et en Belgique aussi, les répliques ne cessent de se faire sentir et aucun milieu ne semble être épargné par le sexisme et la violence – verbale, physique ou sexuelle – que celui-ci peut engendrer. Mirabal, la plateforme de 60 associations qui a appelé à la manifestation, estime qu’il est temps de poser des actes concrets et interpelle les politiques. Outre les violences, le combat féministe englobe d’autres aspects tels que, notamment, l’autonomie économique des femmes, l’égalité en droits mais aussi salariale avec leurs homologues masculins. Un changement de mentalité, l’espoir d’une révolution, qui met du temps à advenir et que le CJC et ses organisations soutiennent au quotidien.