Pour les élections, la Jeunesse fait un rêve et vous le partage !

À l’approche des élections locales et législatives, les Organisations de Jeunesse membres du CJC et le CJC lui-même invitent à oser rêver afin d’agir autrement. Ces 23 associations, représentant 200.000 jeunes, se sont réunies pour élaborer un programme composé de huit projets de société dans des domaines chers à la jeunesse : la citoyenneté, la sécurité sociale, la mobilité, le dialogue interculturel, l’éducation, la bonne gouvernance, l’émancipation culturelle et l’environnement. Entre autres, le CJC demande des transports en commun gratuits pour les jeunes, une allocation pour garantir leur autonomie et une meilleure représentation au niveau communal.

Ces huit revendications pour les élections communales, provinciales, régionales, communautaires, fédérales et européennes sont présentées sur un site web dédié : http://elections2018-2019.cjc.be. Certaines peuvent être perçues comme utopiques, irréalisables ou impensables c’est bien pour cela que le CJC a choisi de mettre en avant ce monde féérique peuplé de licornes et animaux imaginaires. Accrochez-vous, le CJC vous emmène dans un monde imaginaire où les licornes règnent en maître, où les arc-en-ciel sont légion et où rien, absolument rien, n’est impossible #CeciNestPasUnRêve !

« Quand j’étais jeune je pensais aussi comme toi… »

Les idées des jeunes sont trop souvent étiquetées d’utopiques, idéalisées, irréalisables, voire irresponsables. Notre parole est délégitimée par cette image de doux rêveur vierge de la pragmatique et dure réalité du monde : ces jeunes immatures ne comprendraient pas le monde et la société dans laquelle nous vivons. Au CJC, nous avons choisi délibérément de revendiquer ce rêve et cette utopie. Oui nous, jeunes CRACS - Citoyens, Responsables, Actifs, Critiques et solidaires - rêvons d’un autre monde et nous souhaitons que notre société soit plus solidaire, plus juste, plus durable, nous souhaitons une société émancipatrice, participative et plus inclusive. Cette étiquette d’idéaliste ne peut justifier que notre parole ne soit pas considérée lorsqu’il est question de bâtir une société au sein de laquelle le citoyen occupe une place centrale dans le processus démocratique.

À l’heure du réveil, nous prenons le temps de raconter ce rêve, de le partager et d’affirmer haut et fort que tout ceci n’est pas un rêve, que ces projets pour la jeunesse et, plus globalement pour la société, sont nécessaires, parce que la jeunesse fait partie intégrante de la société !

Nadia Cornejo
Secrétaire Générale
0496/317 259
ncornejo@cjc.be